Blog>Cassis : Le super fruit qu’il vous faut !

C’est une baie très populaire pendant l’été, mais le cassis peut aussi être un atout précieux pendant l’hiver. Il offre une richesse de nutriments que l’on ne trouve nulle part ailleurs.

En quelques mots : Le petit cassis rond et dodu peut être très acide, c’est donc un fruit qui nécessite habituellement un peu de sucre ajouté pour être consommé tel quel ou pour un passage au four. Quant à ses feuilles, elles sont préférées pour un usage plus médicinal. En effet, le cassissier est certainement l’une des plantes médicinales les plus communes sur le continent européen.

Le Cassis et la France, une belle histoire d’amour

À partir du XVIe siècle, le cassis est cultivé dans l’ouest de la France et dans la vallée de la Loire sous le nom de « cassetier des Poitevins » ou « poivrier ». Au début de XVIIIe siècle, les français considèrent qu’il a une véritable valeur médicinale (vertus contre les migraines, les fièvres et les rhumatismes) et ils sont nombreux à commencer à en planter dans leur jardin.

À la fin du XVIIIe siècle, la plante merveilleuse est tombée dans l’oubli et il faut attendre la fin du XIXème pour constater une nouvelle extension de la culture du Cassissier. De nos jours, il est toujours très présent notamment dans les régions viticoles.

Aujourd’hui, la France est le 3e pays producteur de cassis en Europe.

Pourquoi faut-il consommer du cassis ?

La vitamine C anti-infectieuse se retrouve en grande quantité dans les petites baies, avec plus de 300% de la valeur quotidienne recommandée dans une portion de 100 grammes (ce qui équivaut à un peu moins d’une tasse). Cette vitamine a des propriétés antioxydantes qui empêchent les radicaux libres (qui sont responsables notamment du vieillissement et de l’apparition de maladies comme le cancer ou les maladies cardiaques) de nuire.

Les vitamines B du cassis telles que l’acide pantothénique (vitamine B5), la pyridoxine (vitamine B6) et la thiamine (vitamine B1) sont appelées « essentielles » parce qu’elles sont nécessaires de façon régulière pour le métabolisme du corps

Le fer est un minéral important dans le cassis, fournissant 20% de la valeur quotidienne ainsi qu’une protection contre les déficiences immunitaires et la fatigue en transportant l’oxygène aux cellules.

On aime le Cassis, sous toutes ses formes !

 Le Cassis est consommé dans le domaine alimentaire, cosmétique et en phytothérapie. Le cassis est rarement vendu frais pour être consommé comme fruit de table, mais plus souvent employé dans des préparations culinaires. Il faut profiter de sa courte saison pour préparer des gelées, des confitures, des desserts comme les sorbets, les charlottes, les tartes, etc. ou pour le congeler. On utilise également le cassis pour préparer des jus de fruits, du sirop et de la liqueur. Une préparation courante à base de cassis est la  » crème de cassis « , que l’on utilise pour la préparation du kir.

Les feuilles de cassis, les bourgeons et les pépins sont réservées à un usage plus médicinal. Au goût agréable, ils sont utilisés principalement en infusion. C’est certainement la partie préférée de la plupart d’entre nous.

Les feuilles de cassis sont utilisées contre les troubles inflammatoires comme les allergies ou comme traitement adjuvant des rhumatismes. Des études ont montré leurs effets anti-inflammatoires, antioxydants et antimicrobiens.

En phytothérapie, on emploie les baies, les feuilles et les bourgeons du Cassissier. Les feuilles peuvent être utilisées pour faire un gargarisme afin de lutter contre les maux de gorge et aphtes. Elles sont également délicieuses et vertueuses en décoction. Il suffit de laisser infuser 50 grammes de feuilles de cassis dans un litre d’eau bouillante pour obtenir une infusion goûtue.

L’huile végétale de pépins de Cassis est utilisée dans le domaine cosmétique.

L’huile extraite des pépins de cassis présente des effets restructurants et revitalisants. On la retrouve donc dans les crèmes et lotions anti-âge mais aussi pour les peaux sensibles auxquelles elle procure soulagement et douceur. 

Interdire le Cassis ?

Les baies riches en nutriments ont été interdites aux États-Unis en 1911 parce que leur production était considérée comme un ravageur des cultures, qui pourrait endommager les cultures de pins. Au fur et à mesure, de nouvelles baies résistantes aux maladies ont été produites et de nouveaux moyens d’empêcher le cassis d’endommager le bois ont été mis au point. Certains États ont alors commencé à lever cette interdiction à partir de 2003.

Aujourd’hui, les baies de cassis sont à nouveau cultivées par des agriculteurs américains et utilisées dans des aliments comme les gelées, les confitures, les thés et les huiles.

Cependant, l’Europe reste toujours le producteur de 99% du stock mondial de cassis.

 

Partagez notre post:

Entrez dans notre jardin !

Je ne suis pas intéressé